LONGU’ ZOREILLES, ROI DES EMBROUILLES

jp

 

Longu' Zoreilles

A partir de 4 ans

Il est très difficile de devenir roi à la place du roi (ou président à la place du président si l’on se réfère à la longue et languissante campagne de l’élection présidentielle qui n’en finit pas avant même d’avoir commencé).

Dans le délicieux spectacle de la Cie des Châteaux de sable il s’agit fort heureusement d’animaux dont on sait depuis La Fontaine qu’ils sont fort semblables aux êtres humains.

Le roi des animaux, le lion, étant trop porté sur la sieste, Dieu a décidé d’organiser un concours pour en désigner un autre. Jeannot lapin ou plus exactement Longu’ Zoreilles, un jeune lièvre paresseux et faisant encore pipi au lit, décide de se porter candidat. (Chez nous ce sont les jeunes loups et les moins jeunes qui postulent)

Obligé par Maman Zoreilles à sortir du terrier familial pour se débrouiller tout seul, il va d’animal en animal, empruntant ses plumes au paon, ses dents à la hyène, ses défenses à l’éléphant. Persuadé que ses attributs vont le propulser jusqu’au trône, un peu comme nos loups avec leurs com, leurs plans médias et leurs attachés de presse qui de sondage IFOP en sondage SOFRES ambitionnent d’occuper l’Elysée, Longu’ Zoreilles n’a plus qu’une idée entre ses longues oreilles : devenir roi.

Petits problèmes : le paon se fait manger, la hyène édentée ne peut plus se nourrir, l’éléphant est humilié. Mais pour Longu’ Zoreilles ce ne sont que dommages collatéraux. Quel politique ambitieux se soucie-t-il de son peuple ?

Plutôt que de devenir roi, fût-il des embrouilles, Maman Zoreilles préférerait que son rejeton devienne un lièvre honnête, courageux et travailleur, ce qui n’enthousiasme absolument pas notre jeune lièvre (ou nos jeunes loups). Mais Dieu est sur sa route et lui fait quantité de reproches. N’a-t-il pas honte d’avoir commis tous ces vols sur les autres animaux ? « Ce n’est pas en volant les autres qu’on devient plus riche », lui dit-il. Longu’ Zoreilles est aussi dépité qu’un perdant un soir d’élection.

Mais voici qu’apparaît Zoreillettes, une ravissante femelle lièvre avec sa jolie robe printanière, qui se moque de ses attributs volés aux autres animaux. Longu’ Zoreilles s’en dépouille aussitôt. Les femelles de toutes races sont très habiles à dépouiller les mâles. Mais celle-ci a bien raison, un lièvre à l’état brut est beaucoup plus séduisant. Ensemble ils vont chercher plein de carottes.

Adaptant un conte africain, Jacques Legrand-Joly, qui devrait s’appeler Legrand-Enfant tant il a gardé une touchante innocence, réussit le pari de nous présenter avec des marionnettes époustouflantes une histoire pas gnangnan du tout qui ravit les petits et fait méditer les grands. Son roi des embrouilles devient véritablement roi quand il se contente d’être lui-même selon le désir de Zoreillettes. Ah ! Les femelles ! Comme elles ont souvent raison !

——————————————————————————————

Je vous recommande ce spectacle que j’ai reçu au Théâtre du Coteau (Le Plessis-Robinson 92350)

Si vous souhaitez l’inviter dans votre salle des fêtes, théâtre, MJC, etc. envoyez-moi le mail ci-dessous et je vous mettrai en contact avec la Compagnie.

 
Votre nom (obligatoire)
Votre email (obligatoire)
Téléphone (obligatoire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *