Archives pour la catégorie Spectacles Jeune public

LONGU’ ZOREILLES, ROI DES EMBROUILLES

jp

 

Longu' Zoreilles

A partir de 4 ans

Il est très difficile de devenir roi à la place du roi (ou président à la place du président si l’on se réfère à la longue et languissante campagne de l’élection présidentielle qui n’en finit pas avant même d’avoir commencé).

Dans le délicieux spectacle de la Cie des Châteaux de sable il s’agit fort heureusement d’animaux dont on sait depuis La Fontaine qu’ils sont fort semblables aux êtres humains.

Le roi des animaux, le lion, étant trop porté sur la sieste, Dieu a décidé d’organiser un concours pour en désigner un autre. Jeannot lapin ou plus exactement Longu’ Zoreilles, un jeune lièvre paresseux et faisant encore pipi au lit, décide de se porter candidat. (Chez nous ce sont les jeunes loups et les moins jeunes qui postulent)

Obligé par Maman Zoreilles à sortir du terrier familial pour se débrouiller tout seul, il va d’animal en animal, empruntant ses plumes au paon, ses dents à la hyène, ses défenses à l’éléphant. Persuadé que ses attributs vont le propulser jusqu’au trône, un peu comme nos loups avec leurs com, leurs plans médias et leurs attachés de presse qui de sondage IFOP en sondage SOFRES ambitionnent d’occuper l’Elysée, Longu’ Zoreilles n’a plus qu’une idée entre ses longues oreilles : devenir roi.

Petits problèmes : le paon se fait manger, la hyène édentée ne peut plus se nourrir, l’éléphant est humilié. Mais pour Longu’ Zoreilles ce ne sont que dommages collatéraux. Quel politique ambitieux se soucie-t-il de son peuple ?

Plutôt que de devenir roi, fût-il des embrouilles, Maman Zoreilles préférerait que son rejeton devienne un lièvre honnête, courageux et travailleur, ce qui n’enthousiasme absolument pas notre jeune lièvre (ou nos jeunes loups). Mais Dieu est sur sa route et lui fait quantité de reproches. N’a-t-il pas honte d’avoir commis tous ces vols sur les autres animaux ? « Ce n’est pas en volant les autres qu’on devient plus riche », lui dit-il. Longu’ Zoreilles est aussi dépité qu’un perdant un soir d’élection.

Mais voici qu’apparaît Zoreillettes, une ravissante femelle lièvre avec sa jolie robe printanière, qui se moque de ses attributs volés aux autres animaux. Longu’ Zoreilles s’en dépouille aussitôt. Les femelles de toutes races sont très habiles à dépouiller les mâles. Mais celle-ci a bien raison, un lièvre à l’état brut est beaucoup plus séduisant. Ensemble ils vont chercher plein de carottes.

Adaptant un conte africain, Jacques Legrand-Joly, qui devrait s’appeler Legrand-Enfant tant il a gardé une touchante innocence, réussit le pari de nous présenter avec des marionnettes époustouflantes une histoire pas gnangnan du tout qui ravit les petits et fait méditer les grands. Son roi des embrouilles devient véritablement roi quand il se contente d’être lui-même selon le désir de Zoreillettes. Ah ! Les femelles ! Comme elles ont souvent raison !

——————————————————————————————

Je vous recommande ce spectacle que j’ai reçu au Théâtre du Coteau (Le Plessis-Robinson 92350)

Si vous souhaitez l’inviter dans votre salle des fêtes, théâtre, MJC, etc. envoyez-moi le mail ci-dessous et je vous mettrai en contact avec la Compagnie.

 
Votre nom (obligatoire)
Votre email (obligatoire)
Téléphone (obligatoire)

Pierre et Loulou

 

Avignon 2015

Collège de la Salle

Pierre et Loulou

 

jp

 

 

La fascination des enfants pour les animaux n’a d’égale que celle des marionnettes représentant des animaux. Encore faut-il qu’elles soient à la fois réalistes et fantastiques. Le concret et l’imaginaire. Quand le loup Loulou a faim il dévorerait tout ce qui bouge. Il a beau être monté sur ressort, avoir de faux airs d’une construction Meccano, il est noir avec des dents à broyer mouton, ourson ou grenouille. Les jeunes spectateurs ne s’y trompent pas qui lui préfèrent Pierre, un jeune garçon qui leur ressemble ou à qui ils seraient heureux de ressembler. Avec ses grosses chaussures de cuir et sa salopette, Pierre n’a peur de rien. Loulou avec ses dents pointues comme des clous ne l’effraie même pas. Les jeunes spectateurs aimeraient bien en dire autant.

Ne nous moquons pas. Tout le monde, du Petit chaperon rouge aux Trois petits cochons, a peur du loup. Les grandes personnes, qui dans ce cas ne se sont pas grandies, se sont inventé des loups à tête d’homme, Hitler, Staline, Mao Zedong, Pol Pot et tant d’autres qui ont même leurs fans. Les enfants, eux, plus concrets et plus prudents, l’idéologie n’est pas leur truc, se méfient des loups à tête de loup quels qu’ils soient et n’ont de sympathie pour aucun.

Dans « Pierre et Loulou », la compagnie Les Danglefou (Serge Dangleterre et Kham-Lhane Phu) mélange avec bonheur marionnettes et cinéma. Ajoutez-y la musique de Prokofiev et un langage fait de borborygmes en définitive très compréhensibles, et vous aurez un joli spectacle très réussi

A partir de 3 ans

Donnez-moi votre avis, faites-moi part de votre expérience. Ce blog Place au Théâtre  va vous aider à vous épanouir, peu à peu, conseil après conseil. (Votre mail ne sera jamais divulgué. Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer, là où il n’y a aucun théâtre.)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Inspecteur Toutou

 

Avignon 2015

Théâtre Pixel

jp

Inspecteur ToutouL’inspecteur Toutou est beau, bon, mais pas intelligent, c’est son miroir magique qui le lui répète à chaque enquête. Et des enquêtes il va en avoir à résoudre : le loup veut retrouver le petit chaperon rouge, la méchante sorcière très en beauté est à la recherche de Blanche-neige pour lui faire croquer sa pomme d’un rouge d’enfer, la bûcheronne veut rattraper le Petit Poucet et ses sept frères pour les offrir à son ogre de mari et le Prince veut réveiller sa Belle au bois dormant, entre autres.

L’inspecteur Toutou, débordant de gentillesse autant que de bêtise – la bonne volonté est souvent niaise – va les aider jusqu’à chambouler complètement tous les contes. L’auteur, le délicieux auteur qu’il faut s’entêter à réhabiliter, Pierre Gripari, s’amuse à prendre d’autres pistes que celles, conventionnelles, auxquelles depuis l’enfance nous sommes habitués. Le petit chaperon rouge va croquer la pomme rouge ainsi que le Petit Poucet affamé et les 7 nains, dont pas un pourtant ne s’appelle Gourmand. Tous vont tomber davantage que dans les pommes. Quant au Prince il va épouser une vieille de cent ans passés et non pas une jeune qui dort depuis plus de cent ans. Enfants, écoutez bien l’énoncé du problème en classe d’arithmétique, sinon après vous vous en mordrez les doigts dans la vie.

Mais grâce à la fée Rutabaga, une casse-pied, celle –là ! tout rentrera dans l’ordre. A la grande joie des petits et des grands spectateurs chargés de dénoncer les menteurs. Il faut dire que dans ce spectacle lorsqu’un personnage ment il se gratte la fesse. C’est très commode. Si les hommes politiques se comportaient ainsi, gratouille assurée lors de tous les discours et interviewes. Les deux comédiens de la compagnie Tête en l’air au jeu déjanté de dessin animé enlèvent le tout de ce Toutou avec brio.

Ne confiez aucune enquête à cet inspecteur canin qui n’a aucun flair, mais n’hésitez pas à lui confier vos enfants, ils passeront un joyeux moment.

A partir de 3 ans.

 

Donnez-moi votre avis, faites-moi part de votre expérience. Ce blog Place au Théâtre  va vous aider à vous épanouir, peu à peu, conseil après conseil. (Votre mail ne sera jamais divulgué. Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer, là où il n’y a aucun théâtre.)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Recherches utilisées pour trouver cet article :fond décrans inspecteur toutou

Un bon petit diable

 

Avignon 2015

Théâtre La Luna

un bon petit diablejpVoilà une adaptation d’après la Comtesse de Ségur enlevée et burlesque. L’adaptation pas la comtesse qui s’ennuyait dans son château des Nouettes, délaissée par un mari volage. C’est pour amuser ses enfants puis ses petits enfants qu’à cinquante ans passés elle se mit à écrire. Des histoires où des enfants font des bêtises. C’est tellement plus chouette.

Le Bon petit diable mis en scène par Rebecca Stella ravit les enfants. Il faut voir les spectacles pour enfants avec des enfants. Quand on est adulte on est de l’autre côté, blasé et imbécile. Les gosses sont naïfs, ce qui est une qualité et dépourvus de tout sens critique, ce qui est un défaut.

Le jeune Charles a les fesses protégées par une baudruche de diablotin qui amortit les coups de sa mégère de cousine, Madame Mc Miche. Avec un nom pareil la dame acariâtre, mauvaise et grimaçante, tirant la langue à tout va, ne peut être qu’adepte de la fessée.

Aidé par la bonne et bonne Betty, Charles va échapper à sa tortionnaire pour se retrouver dans une école où le maître qui ressemble fort à la comédienne qui joue Madame Mc Miche – mais chut ! il ne faut pas détériorer la crédulité des enfants –, le maltraite itou. Il parviendra cependant à s’en sortir, toujours aidé par la bonne Betty, décidément très bonne. Au passage, on ne félicitera jamais assez les boniches, soubrettes et autres servantes de théâtre d’être si serviables avec les braves gens. Maintenant qu’il n’y a plus de domestique que dans les quartiers chics et dans les soixante pièces des palaces des rois du pétrole, l’art dramatique a perdu des recrues de poids pour faire avancer les situations.

Les éléments de décor sont pleins de trouvailles, les acteurs assez farfelus se défoncent dans une gestuelle de poupées mécaniques et tout est bien qui finit bien puisque le héros va enfin trouver la liberté. Au fond, vivre libre, n’est-ce pas l’essentiel ? La Comtesse de Ségur l’avait compris. Avec son imagination elle a pu s’évader de sa condition et de son triste domaine.
Puisse ce bon petit diable donner aux enfants le goût de s’évader, seul goût qui avec celui du Nutella et des bonbons à la fraise Tagada doit perdurer bien après l’âge adulte.

A partir de 6 ans

 

Donnez-moi votre avis, faites-moi part de votre expérience. Ce blog Place au Théâtre  va vous aider à vous épanouir, peu à peu, conseil après conseil. (Votre mail ne sera jamais divulgué. Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer, là où il n’y a aucun théâtre.)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Recherches utilisées pour trouver cet article :bon diable fessee, théatre un bon petit diable

Le petit roi

 

Avignon 2015

Théâtre des Vents

a2_portrait_1s.indd

jp

 

par la Compagnie La 7ème oreille

Si l’on en croit ce spectacle, les dessinateurs hongrois n’ont pas perdu la fraîcheur et la poésie de l’enfance. Leurs courts-métrages d’animation mêlent princes, princesses, grenouille, chat, pierres précieuses et magie dans une débauche de couleurs superbes. On y trouve tout le folklore des personnages de contes qui sont ici très attachants. Il y a une princesse boiteuse que personne ne veut épouser et qui n’arrête pas de pleurer, un mystérieux chat noir dans un château vendu à crédit à une pauvresse, et trois frères dont un va être aidé par une grenouille. Les grenouilles dans les contes ont des pouvoirs qu’on ne soupçonne pas. Dans la vie réelle elles ne font qu’annoncer la pluie, ce qui prouve leur supériorité sur Météo France qui se trompe tout le temps. Il y a aussi une autre princesse malade de tristesse. Dans le spectacle, pas dans la vraie vie où les princesses sourient tout le temps comme des bécasses dans Gala ou dans Voici. Le joueur de flûte va parvenir à la guérir. Dans le conte bien sûr parce que dans la vie les joueurs de flûte sont des intermittents du spectacle comme tous les artistes, pas des médecins magiques, qu’est-ce que vous croyez !

La projection de ce ciné-concert est accompagnée par la voix d’un conteur et deux musiciens, en chair et en os, aux talents si multiples – batterie, ocarina, guitare, piano et scie musicale, etc. tout y passe – qu’on se demande bien de quel instrument ils ne savent pas jouer.

C’est rafraîchissant, joliment coloré, plein d’aventures qui se terminent bien. Il est vrai qu’au commencement, la formule magique avait été prononcée. Vous savez bien le fameux « Il était une fois… » qui ouvre en grand la porte à l’imagination infinie.

A partir de 3 ans.

 

Donnez-moi votre avis, faites-moi part de votre expérience. Ce blog Place au Théâtre  va vous aider à vous épanouir, peu à peu, conseil après conseil. (Votre mail ne sera jamais divulgué. Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer, là où il n’y a aucun théâtre.)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Opération EVP

jp

Le département des Hauts-de-Seine (92) a mis en place depuis plusieurs années un dispositif que j’ai pu moi-même tester. Il s’agit de l’opération EVP (Eteignez Vos Portables) la bien nommée. Elle permet à des collégiens de tout le département de profiter de trois facilités essentielles :

– un prix de place de 2,50 €
– des animations avant et après le spectacle dans leurs classes
– un service de car qui les amène au théâtre et les ramène dans leur collège après la représentation.

Le département règle la différence du prix du billet aux théâtres, les animations (parcours de 2h à 10h) aux artistes intervenants, ainsi que la location des cars.
Mine de rien, ce dispositif dont le succès s’accroît chaque année a permis durant la saison 2014/2015 à 6 000 collégiens d’assister en soirée, mêlés au public des théâtres, à un spectacle théâtral, ou de danse, ou de musique, ou bien de se familiariser avec l’art contemporain pour un total de 216 représentations.

Il est heureux qu’une telle initiative existe et nombre de départements devraient en prendre exemple.
C’est cela une véritable politique culturelle. Du concret, pas du blablabla.

 

Donnez-moi votre avis, faites-moi part de votre expérience. Ce blog Place au Théâtre  va vous aider à vous épanouir, peu à peu, conseil après conseil. (Votre mail ne sera jamais divulgué. Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer, là où il n’y a aucun théâtre.)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Dr Zic et Mister Couak

Spectacle jeune pubic

Dr zik et Mr Couak

Pour les bouts d’chou des maternelles

On a volé le la. Ceci est très embêtant pour Dr Zic car la note de musique « la » est indispensable pour que les instruments puissent s’accorder.
Le diapason a disparu, dérobé par Mister Couak. Sans diapason, plus de la, donc plus de son produit par les instruments, donc plus de musique. Quelle catastrophe !
Heureusement, Dr Zic a une idée géniale, il va demander l’aide des bambins spectateurs pour ressusciter guitare, banjo, saxo, piano et même instrument folklorique. La trompette fera aussi son apparition.
Avec beaucoup d’humour les deux compères – style clown blanc et Auguste – régalent toute une salle de mômes en jouant et en chantant, ma foi, de fort charmantes chansons.
L‘art de découvrir en s’amusant la diversité des instruments de musique.

Présentation du spectacle :

—————————

Je vous recommande ce spectacle que j’ai reçu au Théâtre du Coteau (Le Plessis-Robinson 92350)

Si vous souhaitez l’inviter dans votre salle des fêtes, théâtre, MJC, etc. envoyez-moi le mail ci-dessous et je vous mettrai en contact avec la Compagnie « La boîte à Zic ».

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Téléphone (obligatoire)

Le magicien de papier

Visuel le magicien de papier

A partir de 5 ans

Quel rapport entre théâtre et magie ?
A l’inverse de beaucoup de ses confrères qui se contentent de faire trois petits tours et puis s’en vont, Paul Maz parle. Et son langage est d’une poésie simple. Il est un bonimenteur qui ne ment pas, un magicien pas agité et qui, mine de rien, nous transporte ailleurs. Là où les réveils se multiplient, les découpages se transforment et les vieux journaux se recyclent.
Il s’invente un personnage, rencontré au coin d’une rue, le père Quénot que les enfants adoptent d’emblée.
Je vous l’avoue, Paul Maz a fait une erreur. Il croit être magicien et donne pour preuve le regard émerveillé des jeunes spectateurs. Mais il se trompe.
Moi qui l’ai vu et entendu, je vous assure que c’est faux.
Paul Maz n’est pas magicien, il est poète.
Et cela ne se trouve pas à chaque coin de rue.

Présentation du spectacle Le magicien de papier :

——————————————-

Je vous recommande ce spectacle que j’ai reçu au Théâtre du Coteau (Le Plessis-Robinson 92350)

Si vous souhaitez l’inviter dans votre salle des fêtes, théâtre, MJC, etc. envoyez-moi le mail ci-dessous et je vous mettrai en contact avec la Compagnie.

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Téléphone (obligatoire)

Prince Froussard

prince f jp

A partir de 4 ans

‘‘J’ai toujours aimé les contes de fées qui permettent d’avoir
une image forte, graphiquement audacieuse, absurde parfois,
tout en exprimant un état psychologique.’’ Tim Burton

Un prince doit se marier avec une princesse, c’est obligatoire. Celui-ci va donc se mettre en quête de l’âme sœur. Rien de plus simple apparemment.
Apparemment.
Parce que ce prince-là n’est pas, mais alors pas du tout, de la race des princes sans peur et sans reproche. Il est froussard, mais froussard à l’extrême. Heureusement qu’une certaine Blanche-Neige lui confie un secret. S’il trouve la sorcière, il trouvera la princesse.
De nombreuses aventures attendent notre couard. Une géante minuscule, un flamand rose australien et d’autres personnages, marionnettes agitant le rire ou procurant l’émotion vont jalonner sa route.
La princesse insomniaque trompe pendant ce temps son impatience en tricotant une écharpe de plusieurs mètres de long, dans l’attente de rencontrer son prince charmant.
Jusqu’à ce qu’enfin la sorcière est trouvée en haut d’une tour et la princesse approchée.

Les enfants s’amusent beaucoup des peurs qu’éprouve le prince. Une manière jubilatoire d’exorciser leur propre peur. C’est drôle, bien enlevé, et ce qui ne gâte rien, les parents, grands-parents ou maîtresses qui les accompagnent, se régalent aussi.
Se demanderont-ils si les princes qui nous gouvernent ou nous ont gouvernés sont froussards, eux aussi ?
Qui sait ?

 

——————————————-

Je vous recommande ce spectacle que j’ai reçu au Théâtre du Coteau (Le Plessis-Robinson 92350)

Si vous souhaitez l’inviter dans votre salle des fêtes, théâtre, MJC, etc. envoyez-moi le mail ci-dessous et je vous mettrai en contact avec la Compagnie.

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Téléphone (obligatoire)

Rose au bois dormant

Rose au bd

A partir de 4 ans

Les contes de fée ont été de tous temps bousculés, revus à la sauce Disney ou à d’autres pas toujours très onctueuses. On part d’une trame et on brode, on adapte, on triture, quelquefois pour obtenir une mixture pâteuse et lourdingue.
Quelquefois non.

C’est le cas de cette énième version de la Belle au bois dormant, revue par la mutine Cindy Rodrigues.
Charles Perrault a publié ce conte en 1697 dans Les Contes de ma mère l’Oye, qui était basé sur « Soleil, la Lune, et Talia » par Giambattista Basile (publié à titre posthume en 1634), qui avait été à son tour basé sur un ou plusieurs contes populaires. La première version connue de l’histoire est Perceforest, composé entre 1330 et 1344 et imprimé en 1528. Il y a eu aussi celle des frères Grimm(Dornröschen) publiée en 1812. Bref, ce n’est pas la première fois qu’on endort et réveille cette pauvre princesse.

Dans « Rose au bois dormant », il aurait été facile de tout démantibuler pour produire un de ces spectacles déjantés où les anachronismes foisonnent. Cindy Rodrigues ne perd pas de vue un seul instant le principal : la magie. Son spectacle n’exclue pas l’humour, et la beauté des costumes, des éclairages, la qualité de jeu des trois comédiens, et la vivacité de la mise en scène parviennent sans effort à rendre le charme indéfinissable, un peu suranné et délicieusement onirique qui se dégage des contes. De ceux qu’on nous lisait, enfant, à la veillée.
Ici le jeune public se régale du combat contre la malédiction de la méchante fée Népenthes mené par la fée Mimosa, marraine fantaisiste et le prince Christian.
On a beau être au XXIème siècle, on a quand même le droit de rêver, non ?

Présentation du spectacle Rose au bois dormant :

——————————————-

Je vous recommande ce spectacle que j’ai reçu au Théâtre du Coteau (Le Plessis-Robinson 92350)

Si vous souhaitez l’inviter dans votre salle des fêtes, théâtre, MJC, etc. envoyez-moi le mail ci-dessous et je vous mettrai en contact avec la Compagnie.

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Téléphone (obligatoire)